Electroacuponcture ou organométrie selon le Dr Voll

Historique

Cette thérapie globale a été découverte puis développée par le Dr Reinold Voll, médecin de campagne du sud del'Allemagne. Ce médecin est , à ce moment, également homéopathe unisciste et acuponcteur chevronné.

Vivant une situation difficile, il se met à chercher une méthode lui permettantde se passer d'aiguilles lors des soins en acuponcture afin de ne pas transmettre des maladies d'une part, et d'autre èpart, de trouver des points correspondant sur les parties découvertes du corps, soit sur les mains, soit sur les pieds ou sur le visage, ceci en raison de la température basse dans son cabinetde Plöschigen, on est en plein conflit mondial.

Une fois de plus, le besoin à généré la découverte, car il est en effet difficile de pratiquer une séance d'acuponctureà une température trop basse, d'autre part les moyens d'asepsie manquent pour stériliser les aiguilles.

Dans ce contexte, un patient lui fait part d'une observation particulière: il se présente à la consultation concernant un mal de cou persistant. Au cours de l'anamnèse homéopathique, ce patient décrit qu'il est en mesure de prédire, quelques jours auparavant, la survenue de ses douleurs par la mesure de la résestivité ohmique sur une zone qu'il lui montre sur la main. Le docteur Voll est intrigué par le fait que cette zone est connue, en acuponcture, pour être en relation énergétique justement avec la gorge. De plus, le patient lui affirme que, le plus souvent, le fait de passer un courant électrique sur cette zone suffit à faire passer ce mal.

L'électrothérapie , principalement les courants galvaniques, sont déja connus à cette époque, contrairement à la mesure des points chinois. Suite à cette discussion, le Dr Voll est persuadé d'être sur une voie nouvelle qu'il s'agit de défricher et de parfaire.

Ce faisant, il se met en quête de personnes pouvant l'aider. Ce sont des ingénieurs de haut-vol qui lui ont apporté les connaissances scientifiques et le soutient technique nécessaires afin de réaliser un matériel performant. Suivant les directives du médecin acupuncteur, ces ingénieurs affinent le matériel de mesure et de traitement. Ils mettent au point le « Diatherpunktor », ce qui lui permet très vite de remplacer les aiguilles d'acuponctures laissant ainsi ce pionnier travailler avec ce moyen inédit. Tout heureux de pouvoir soigner ses patients par cette nouvelle méthode en utilisant ses connaissances de l'acuponcture en la pratiquant sur les mains et sur les pieds de ses patients, libéré du risque de contamination représenté par les aiguilles. Il dénomme sa méthode « électroacuponcture » en souvenir et comme pour mieux mettre en honneur la méthode d'origine de sa découverte:

La Pensée Chinoise Antique et l'acuponcture traditionnelle.

Evolution depuis le point Ting vers les points de mesures actuels

Au début,il n'employait que le point Ting situé de part et d’autre de la racine de l'ongle, point d'entrée ou de sortie de l'énergie dans le méridien, selon les chinois. Très vite, il s'est rendu compte que l'usage de ces seuls points est insuffisant, il a en effet remarqué une autre liaison énergétique qu’il appelle point de contrôle, correspondant au point de commande utilisé traditionnellement sur le méridien de la vessie, le long de la colonne vertébrale, en acuponcture chinoise.

De là, il a réussi à agencer les points en liaison énergétique avec les parties distinctes des organes, en particulier les fonctions végétatives, lymphatiques et les péritoines. Le vaisseau de la lymphe est l’une des découvertes que l'acupuncture lui doit. Afin de clarifier le langage, les méridiens chinois antiques portent le nom de Méridiens tandis que ceux découvert par le Dr Voll sont appelés Vaisseaux. Nous avons donc, représentés sur les mains, les pieds et la tête, les douze méridiens chinois de l’acuponcture classique complétés par les huit vaisseaux de Voll.

Cependant, il est à milles lieues d'imaginer ce que sa découverte lui réserve. En effet, un jour,lors d'un contrôle de dernier instant, il retrouve les points stabilisés alors qu'il vient de passer plus de 3 heures à faire des mesures. Par une observation méticuleuse, il remarque que le patient porte dans sa poche les médicaments prescrits. Intrigué, il lui demande de déposer ces produits et, surprise, il retrouve les mesures précédentes.

Conclusion : on peut mesurer l'effet des médicaments sans les avaler, simplement en les mettant en présence de la personne. Cette observation est à l'origine d'une formidable évolution. Une première rénovation de sa méthode donne une dimension toute nouvelle à la thérapie. Ce qui fait de lui le père de toutes les méthodes de mesures des points réflexes cutanés.

Dès lors,l'EAV fait partie des méthodes de soins biologiques de caractère global. Mise au point dès les années 40 par le docteur Voll, cette méthode représente un élargissement des possibilités de l'art de guérir, elle est exempte d'effets secondaires significatifs. Elle peut être engagée dans toutes les affections chroniques

Outre les moyens thérapeutiques homéopathiques, elle fait également appel aux biothérapies, extraits d'agents pathogènes, préparés selon les principes homéopathiques. En plus, on peut y tester des médicaments allopathiques (chimiques) ou des aliments ainsi que la compatibilité des matériaux de réparation.

Plus simplement, on peut dire que l'EAV permet d'objectiver tous les types d'informations pouvant servir notre système biologique et ceci sans nuisance pour la personne concernée.

Le matériel.

Ce matériel consiste en une partie de mesure afin de déterminer le bilan et le traitement à faire et d’une partie composée d'un émetteur d'une onde électromagnétique pulsée, dont la forme particulière est appropriée aux soins personnalisés. Une fonction spéciale permet de mettre en évidence la galvanisation en bouche.

Il est actuellement quasi indispensable de le coupler à un ordinateur.

 

 

 


Retour à la table des informations en EAV ?

©   by Centre de naturopathie Jacques Pillonel CH 1530 Payerne