Electroacuponcture - ou organométrie - selon le Dr Voll

Particularité de la méthode en art dentaire

Les dents ont un rapport particulier avec le corps par le fait qu’elles sont placées à l’entrée du système digestif, qu’elles sont une émanation de notre mésenchyme avec lequel elles ont un rapport énergétique étroit. En effet, chaque dent, plus précisément chaque loge dentaire, avec ou sans dent, que l’on nomme Odonton, est l’entité entrant en résonance énergétique avec d’autres parties du corps.

Par ce fait, que la loge soit occupée ou orpheline ne joue pas de rôle déterminant.

Par contre, lorsque la dent est là sa vitalité est un atout; elle doit en particulier être physiologiquement intègre et sa position doit être correcte. A ce titre, on mettra tout en œuvre pour la préserver, l’améliorer, et garantir cet aspect physiologique important.

Si l’aspect esthétique est un élément important, ce n’est pourtant pas lui qui doit prévaloir dans ce domaine.

Les relations entre les dents (Odontons) et les organes

Chaque odonton a une relation énergétique, via le mésenchyme, avec d’autres partie du corps. En effet, l’odonton transmet une information à un organe, à une fonction ou parfois à un système entier concernant tout ce que la personne se met sous la dent. Ce qui est une raison supplémentaire de bien insaliver et de bien mâcher nos aliments afin de garantir au mieux cette première information à l’organisme. De plus, l’arrangement dentaire est en rapport étroit avec notre statique pure. Les soins énergétiques en art dentaire demandent le concours avisé d’un dentiste spécialisé.

Les mesures en art dentaires se font sur trois niveaux distincts :

1 . Les mesures concernant la compatibilité des matériaux de réparations utilisés en bouche

La compatibilité des matériaux en bouche se démontre par la mesure des courants galvaniques, soit sur les matériaux entre eux, soit entre la muqueuse et les matériaux, soit entre un point de mesure cutané et les odontons. Cette mesure concerne aussi bien les matériaux in situ que ceux prévus.

Les valeurs mesurées déterminent la nature du traitement qui va du simple drainage homéopathique ciblé à la dépose et donc au remplacement du matériel perturbant par un autre, plus adapté.

Dans ce domaine, on se rend compte qu’un matériel de remplacement n’est jamais aussi bien qu’une dent saine ce qui nous incite donc à enseigner la prévention la plus rigoureuse.

2 . La mise en évidence d’une relation entre les odontons et les organes.

La mise en évidence de la relation entre un odonton et un organe se fait très simplement par la mesure d’un point spécifique d’organe, soit foyers allergico-toxiques distants, soit foyers lymphatiques distants, soit foyers cicatriciels distants, ou alors faire appel au point de mesure du drainage lymphatique de la région maxillaire. Ainsi est mise en évidence la relation existante entre ces points. Par recoupements, on vise à déterminer la nature ( maladies ou matériaux ) de cette relation, dans le but d’y remédier.

3 . L’observation de la mobilité et de l’arrangement des maxillaires et des dents

Cette observation est importante car souvent, dès le cas les plus bénins, une mal-position dentaire peut être mise en relation avec un trouble de la statique pure pouvant déboucher sur un mal de dos, des maux de têtes tensionnels, des troubles fonctionnels ou autres.

ll est un fait que des anomalies de position, plus grandes, vont demander l’aide d’un orthodontiste, de préférence spécialisé en énergétique dentaire.


Retour à la table des informations en EAV ?